Prévention du risque routier - éco-conduite

Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité au travail et se traduisent chaque année par près de 6 millions de journées de travail perdues pour les salariés. Cette sinistralité touche employeurs et salariés au quotidien. En 2016, la Sécurité Routière a enregistré 463 personnes tuées lors d’un déplacement professionnel, soit 17 % de la mortalité routière. Un chiffre en baisse de – 4,1 % entre 2015 et 2016. […]

Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité au travail et se traduisent chaque année par près de 6 millions de journées de travail perdues pour les salariés. Cette sinistralité touche employeurs et salariés au quotidien. En 2016, la Sécurité Routière a enregistré 463 personnes tuées lors d’un déplacement professionnel, soit 17 % de la mortalité routière. Un chiffre en baisse de – 4,1 % entre 2015 et 2016.

Face à ce fléau, les entreprises se mobilisent. Le 12 octobre 2016, à l’occasion de l’Appel national des entreprises pour une route plus sûre, quelque 686 entreprises (représentant 1,1 million de collaborateurs) ont pris sept engagements pour réduire la sinistralité de leurs collaborateurs. Comme par exemple : limiter les conversations téléphoniques au volant, intégrer des moments de repos dans les trajets, favoriser la formation, exiger la sobriété et le respect des vitesses autorisées.

De nombreux centres de formation proposent aux entreprises des stages de conduite pour la prévention routière et l’éco-conduite, un moyen à la fois d’améliorer le comportement des collaborateurs au volant et de faire des économies d’énergie.

Pratiques et théoriques, les stages de conduite sécurité se déroulent sur circuit et en cours avec un moniteur. Quant à l’éco-conduite, des coachs peuvent intervenir directement dans les entreprises pour sensibiliser les salariés. Les fournisseurs de solutions télématiques proposent également des outils embarqués de suivi pour aider l’usager à optimiser sa conduite.

Selon un sondage Ifop réalisé pour la Sécurité Routière sur la sensibilisation aux risques routiers, beaucoup d’interdits sont encore contournés dans le cadre de l’exercice professionnel. Ainsi 69 % des salariés interrogés utilisent leur Smartphone au volant pour appeler un collègue ou un prestataire. Plus de la moitié de ces salariés pensent que leurs conditions de travail et leurs objectifs les obligent à téléphoner en conduisant ; 68 % reconnaissent dépasser la vitesse autorisée lors d’un retard pour un rendez-vous ou une livraison ; 1 sur 4 estime que les conditions de travail incitent à dépasser la vitesse autorisée. Enfin 18 % disent conduire après avoir bu de l’alcool et 1 sur 2 affirme être incité à boire de l‘alcool dans le cadre professionnel.

Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité au travail et se traduisent chaque année par près de 6 millions de journées de travail perdues pour les salariés. Cette sinistralité touche employeurs et salariés au quotidien. En 2016, la Sécurité Routière a enregistré 463 personnes tuées lors d’un déplacement professionnel, soit 17 % de la mortalité routière. Un chiffre en baisse de - 4,1 % entre 2015 et 2016.


Face à ce fléau, les entreprises se mobilisent. Le 12 octobre 2016, à l’occasion de l'Appel national des entreprises pour une route plus sûre, quelque 686 entreprises (représentant 1,1 million de collaborateurs) ont pris sept engagements pour réduire la sinistralité de leurs collaborateurs. Comme par exemple : limiter les conversations téléphoniques au volant, intégrer des moments de repos dans les trajets, favoriser la formation, exiger la sobriété et le respect des vitesses autorisées.


De nombreux centres de formation proposent aux entreprises des stages de conduite pour la prévention routière et l’éco-conduite, un moyen à la fois d’améliorer le comportement des collaborateurs au volant et de faire des économies d’énergie.



Pratiques et théoriques, les stages de conduite sécurité se déroulent sur circuit et en cours avec un moniteur. Quant à l’éco-conduite, des coachs peuvent intervenir directement dans les entreprises pour sensibiliser les salariés. Les fournisseurs de solutions télématiques proposent également des outils embarqués de suivi pour aider l’usager à optimiser sa conduite.


Selon un sondage Ifop réalisé pour la Sécurité Routière sur la sensibilisation aux risques routiers, beaucoup d’interdits sont encore contournés dans le cadre de l’exercice professionnel. Ainsi 69 % des salariés interrogés utilisent leur Smartphone au volant pour appeler un collègue ou un prestataire. Plus de la moitié de ces salariés pensent que leurs conditions de travail et leurs objectifs les obligent à téléphoner en conduisant ; 68 % reconnaissent dépasser la vitesse autorisée lors d’un retard pour un rendez-vous ou une livraison ; 1 sur 4 estime que les conditions de travail incitent à dépasser la vitesse autorisée. Enfin 18 % disent conduire après avoir bu de l’alcool et 1 sur 2 affirme être incité à boire de l‘alcool dans le cadre professionnel.

Nous avons trouvé 60 articles correspondants à votre recherche

RESQME BY INNOVASHOP


17, rue Lamartine - 59540 Caudry

SECURETEC FRANCE SARL


20, place des Halles tour Europe - 67000 Strasbourg

SÉCURITRANS


10, rue Saint-Marc - 75002 Paris

SERENITY DRIVE


319, route de Vannes - 44800 Saint-Herblain

XROAD


47, route du Plessis-Trévise - 94340 Chennevières-sur-Marne

En utilisant notre site, vous consentez à l'utilisation des cookies.

Ils nous permettent notamment de vous proposer la personnalisation de contenu, des publicités ciblées en fonction de vos centres d’intérêt, de réaliser des statistiques afin d’améliorer l’ergonomie, la navigation et les contenus éditoriaux.

Cependant, vous pouvez à tout moment choisir de désactiver une partie de ces cookies en suivant les instructions fournies sur la page Politique de confidentialité.